Ce titre est certes une boutade et pourtant je ne plaisante qu’à moitié : nous allons voir ensemble ce que peut signifier « Parler plus fort » et il ne sera évidemment pas question d’augmentation de décibels.

Je continue à être sérieuse en vous avouant que les outils proposés ici pour vous aider à vous faire entendre en tant que parent, sont ceux que l’on pourrait proposer à tout blogueur, désireux de « créer du contenu inspirant pour son audience ». Et ce n’est pas parce que l’audience est constituée d’enfants que c’est un public plus facile ou à sous-estimer, croyez-en mon expérience !

Cet article étant aussi destiné à participer à l’évènement “Comment créer du contenu qui inspire votre audience ?” proposé par Blogueur Pro, je garderai donc en filigrane ce parallèle entre l’audience du blogueur et celle de l’éducateur.

Nous nous demanderons donc :

  1. Pourquoi on met si longtemps à changer de stratégie quand on se rend compte que celle qu’on utilise n’a pas l’effet escompté ?
    – nous verrons le rôle limitant des croyances
    – nous nous pencherons sur nos motivations
  2. Et surtout, comment faire autrement, alors qu’on a toujours fonctionné de la même façon ?
    Nous tenterons, dans ce but, de renouer avec :
    – notre authenticité
    – notre créativité

1 – Changer de stratégie est nécessaire si celle qu’on utilise ne fonctionne pas

Comment espérer un résultat différent en répétant sans cesse des « recettes » qui, seules, se sont avérées inefficaces ?

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent » Albert Einstein.

Parents, éducateurs, on a tous été confrontés à cet ÉNORME problème de gaspillage improductif d’énergie et de salive. On a tous répété, haussé la voix, utilisé le chantage ou la menace pour un résultat décevant, voire inexistant. Les blogueurs peuvent, eux aussi, être confrontés à ce sentiment de « prêcher dans le désert ».

Si ce même scénario se répète, jour après jour, l’impression d’être dans une « voie sans issue » s’installe alors. On continue pourtant à faire ce qu’on a toujours fait, parce qu’on ne sait pas comment agir autrement.

Oser remettre en question ses habitudes et ses certitudes est très souvent la clé

Comme celles-ci ont pour racines des croyances, nous allons nous intéresser à ces dernières.

Sur quelles croyances s’appuie-t-on quand on donne des ordres aux enfants et qu’on pense qu’ils vont obtempérer ? Essayons d’en identifier un maximum.

  • Les enfants doivent faire ce que les adultes leur demandent.
  • Il est important de beaucoup parler aux enfants.
  • Les enfants ne savent pas ce qui est bon pour eux, on doit le leur enseigner.
  • Si l’enfant n’écoute pas, on crie pour se faire entendre.
  • Les mots sont les meilleurs moyens d’obtenir quelque chose de l’enfant.
  • Si l’enfant n’obéit pas à nos ordres, c’est parce qu’il se rebelle, nous teste, nous défie…
  • L’adulte doit avoir le dernier mot, sinon c’est la dégringolade, il perd tout crédit.
  • Si l’enfant se comporte comme on le souhaite, on le félicite.
  • Si l’enfant ne se comporte pas comme on le souhaiterait, il faut lui exprimer notre déception et/ou le punir d’une façon ou d’une autre.

J’ai sciemment utilisé à de nombreuses reprises le verbe « devoir » qui comme « falloir » traduit la présence de diktats qui régissent notre vie. Ceux-ci nous sont souvent imposés de l’extérieur mais il faut bien avouer qu’on y souscrit la plupart du temps, sans beaucoup réfléchir ni se rebeller. Parce que c’est difficile de réfléchir !

Pourtant, l’adhésion aveugle à ces croyances (souvent au moins partiellement fausses), nous plombe plutôt que de nous alléger et de nous servir. En nous enfermant et nous limitant, elle nous éloigne de notre singularité, de la vérité qui nous anime et nous fait vibrer, donc de tout ce qui nous rendrait crédible.

L’enfant n’est pas dupe de notre manque d’authenticité, de « parler-vrai » quand il ne nous écoute pas.

Interroger nos motivations est important aussi

Si notre seule motivation est d’obtenir quelque chose, qu’il s’agisse de l’obéissance de l’enfant ou de l’argent du prospect, ça ne marchera pas sur la durée.

Le secret pour le blogueur comme pour l’éducateur est de se montrer inspirants s’ils veulent être réellement entendus et suivis à long terme. Et ce n’est pas en adoptant un comportement qui nous a été dicté de l’extérieur, que l’on peut l’être. Ni en déguisant nos motivations !

Olivier Roland, dans son excellent article « Inspirer ses lecteurs, la clé du succès d’un blog » écrit :

«… si vous fournissez une source d’inspiration à votre audience, elle réagit avec de l’émotion. Cela va susciter sa loyauté, son soutien, sa confiance… »

Exactement ce que l’on souhaite éveiller chez l’enfant ou chez notre lecteur !

2 – Comment agir autrement qu’on l’a toujours fait ?

Pour sortir de l’impasse des croyances limitantes et ouvrir le champ d’autres possibles, permettons-nous l’accès à un nouvel espace plus libre et plus authentique. Nous pourrons alors renouer avec notre propre créativité. C’est la voie que je vous propose d’explorer aujourd’hui.

L’authenticité

Personne ne peut, mieux que vous, savoir ce qui vous anime, vous fait « vibrer haut », n’appartient qu’à vous. Chaque être humain est singulier et c’est cette singularité qui constitue votre force et ce que vous avez à offrir d’unique.

Utilisez ce trésor pour parler à votre audience qu’il s’agisse de vos enfants ou des lecteurs de votre blog.

Pour le retrouver, souvenez-vous de ce que vous aimiez faire lorsque vous étiez enfant. L’enfance permet la proximité avec l’authenticité. Pensez à ce qui vous passionne, à ce que vous réussissez naturellement.

Si, par exemple, vous étiez, tout petit, un joyeux luron, aimant faire des farces et rire par-dessus tout, ne cherchez pas à paraître sérieux à tout prix. Votre humour et votre bonne humeur risquent d’être vos meilleurs atouts.

Si vous étiez un enfant calme, plutôt réservé, rêveur et plus attiré par la poésie que par le sport, inutile de vous faire violence pour paraître extraverti. Votre douceur et votre côté secret, font votre charme et votre magnétisme.

Ne cherchez surtout pas à plaire à tout prix et à tout le monde, vous risqueriez de n’être apprécié par personne.

Retrouvez donc qui vous êtes vraiment, renouez avec votre singularité, appuyez-vous sur elle puisqu’elle est votre force, votre génie.

Votre authenticité sera comme un aimant. Et sans que vous ayez à l’élever, votre voix portera, sera entendue. Parce qu’elle sera inspirante !

Homme masque anonymous

La créativité

Le manque de créativité est en fait un manque d’audace. On a PEUR :

  • d’être différent
  • pas conforme
  • ridicule
  • hors sujet
  • hors norme
  • rejeté
  • pas aimé…

“Faites chaque jour quelque chose qui vous effraie”, a proposé Eleanor Roosevelt.

Ça me semble un bon point de départ pour commencer à explorer sa créativité. Lancez-vous, tentez de nouvelles expériences, sortez des sentiers battus, rêvez, inventez, osez, soyez fou !

“Qui met ses pas dans les traces de celui qui le devance ne le dépassera jamais”. – Mao Tse Tong

Conclusion : pensez d’abord à donner plutôt qu’à recevoir !

Ça ne se veut pas une injonction de plus à adopter sans conviction. Ne me croyez pas sur parole. Regardez autour de vous, observez la nature, constatez par vous-même : il faut commencer par semer et arroser abondamment, pour un jour récolter.

Éducateurs ou blogueurs, que souhaitez-vous récolter ?

Choisissez les bonnes graines, pas celles que tout le monde répand et que l’on vous a appris à utiliser. Plantez plutôt celles que vous trouverez au plus profond de vous et dont la floraison diffusera votre parfum unique.

En offrant ainsi le meilleur, vous pourrez tisser des liens solides avec ceux que vous souhaitez aider. Et pour la suite, restez seulement confiants et sereins. Puisque vous empruntez la bonne voie, la vôtre, les résultats suivront immanquablement.

Laisser un commentaire